Le guide de votre bien-être à domicile

Eveil de bébé

Actualités

Tout savoir sur les 9 mois de bébé

Quelles mensurations pour un bébé de neuf mois ?

Le poids moyen d'un bébé de 9 mois est de 8,7 kg.
- Garçon : entre 7,5 kg et 11,5 kg
- Fille : entre 7 kg et 11 kg
Ce mois-ci bébé devrait prendre environ 500 grammes.

Sa taille est d'environ 71 cm. Bien évidemment ce sont des moyennes : ce qui compte c'est que sa croissance soit harmonieuse !

La motricité d'un bébé de 9 mois

Côté mouvements, rien n'arrête un bébé de 9 mois : il sait s'asseoir tout seul et se pencher en avant en reprenant ensuite son équilibre. Il sait ramper et marcher à quatre pattes. Il arrive à se mettre et debout en prenant appui contre les meubles.
Pour ce qui concerne la motricité fine, bébé maîtrise de plus en plus le mouvement en pince, c'est à dire entre le pouce et l'index. Il arrive ainsi à attraper et à garder dans sa main des objets très petits. Veillez donc à ce qu'il ne puisse pas s'approcher d'objets dangereux !
Les exploits d'un bébé de 9 mois
Pendant son neuvième mois, bébé commence à imiter les gestes de sa maman et de son papa. Par exemple si maman lui envoie une petite balle, il la lui renvoie. Ou alors, si papa le salue de la main, bébé fait de même.
A 9 mois, bébé commence à s'interroger et comprendre que les objets répondent à une logique : il rapproche les cubes pour les observer et il essaie de mettre les anneaux dans une pyramide.

Le langage d'un bébé de 9 mois

A neuf mois bébé reconnait et répond à son nom. Il sait dire "papa, maman" et il essaie d'imiter les sons et les mots qu'il entend, en les répétant sans se lasser. C'est pourquoi bébé adore qu'on lui parle, qu'on nomme les objets. Les petits livres et les histoires du soir le ravissent.
Le comportement d'un bébé de 9 mois
Les relations entre bébé et les autres deviennent plus complexes. Bébé comprend quand on lui fait non du doigt et de la tête. Et il manifeste son désaccord en pleurant. Bébé sait ce qu'il veut et il veut de suite. Et si on se trompe, il ne se prive pas de le faire savoir par ses cris.
Bébé sort de plus en plus du rapport fusionnel avec sa maman et il apprend petit à petit à interagir avec les autres, à faire preuve d'empathie : ne soyez donc pas étonnée si bébé commence à pleurer lorsqu'il entend un autre bébé pleurer.
A noter que, dans cette quête du monde extérieure, qui peut s'avérer angoissante pour bébé, le doudou a toute sa place en tant que lien rassurant entre sa famille et... tout le reste !

L'alimentation d'un bébé de 9 mois

A 9 mois, grâce aux incisives, bébé peut croquer des petits morceaux d'aliments. Il arrive aussi à mieux les mastiquer. Vous pouvez donc passer des purées lisses aux aliments écrasés. Pour les aliments crus, il faudra attendre encore 2 mois. Surtout, allez-y progressivement et ne forcez pas si vous voyez que bébé n'est pas encore prêt.
La diversification alimentaire progresse : vous pouvez continuer à introduire des nouveaux aliments, et ne rajoutez pas de sel à vos recettes.
Poursuivez l'initiation à la cuillère, tout en sachant que bébé a besoin de découvrir les nouveaux aliments avec les mains.

La santé d'un bébé de 9 mois

A 9 mois, bébé va passer son deuxième bilan de santé obligatoire. Vous aurez ainsi l'occasion de faire le point avec le médecin sur le développement de bébé, ses acquis, sa croissance, son alimentation. L'audition et la vue seront également vérifiées. Profitez donc de cet examen approfondi pour poser toutes vos questions !

Les ‘papouilles’ : bon pour le développement de bébé

Souvent, on nous dit qu’il ne faut pas trop prendre son bébé dans les bras, le câliner, car cela va le rendre capricieux. Eh bien non !
Une étude, réalisée à l’Hôpital national pour enfants de l’Ohio, aux Etats-Unis, montre, au contraire, que toucher son bébé est essentiel pour son développement.
Un bénéfice pour plus tard
Toucher, caresser, porter son bébé n’a que des aspects positifs. Ce sont des gestes d’amour qui apaisent le tout-petit, l’aident à se sentir bien, à s’éveiller au monde. Ces doux massages prodigués développent aussi la production d’ocytocine, une hormone qui provoque un certain bonheur.
Ces douces caresses sont imprimées dans le cerveau du nourrisson et lui permettent, plus tard, d’avoir de meilleures connexions socio-émotionnelles.
Et c’est encore plus important chez les bébés nés prématurément. Ils ont encore plus besoin du contact des mains de leurs parents sur leur corps. Ce contact est un important moyen de communication entre lui et ses parents, alors qu’il est dans une couveuse reliée à des machines.

Syndrôme de la ‘tête plate’, près de 20% des bébés sont touchés

C'est un véritable cri du cœur lancé à la fois par des professionnels (l'Association française de chiropraxie, abrégé AFC) et des parents (l'association Le Lien) en ce 4 avril 2017,  Journée mondiale des déformations crâniennes : le nombre de bébés souffrant du syndrome de la "tête plate", nommé par les médecins "plagiocéphalie", s'est multiplié s'est dernières années, alertent ces associations. La plagiocéphalie ? Une déformation du crâne du nourrisson qui se caractérise par un aplatissement postérieur ou d’un côté du crâne, à cause d'un appui trop permanent, notamment contre le matelas. "Le nombre de consultations pour plagiocéphalie est en hausse, alors que le diagnostic précoce et la prévention permettraient de réduire l'incidence et le degré de sévérité de ce syndrome, afin de mieux le traiter", déplore l'AFC. Selon Le Parisien, Le Lien a saisi ce 4 avril la Haute Autorité de santé pour que des actions officielles de prévention soient mises en place, ainsi qu'une évaluation médicale.
Combien de nourrissons sont-ils touchés en France par le syndrome de la "tête plate" ? Il n'existe pas à l'heure actuelle de chiffres officiels. Pour l’association Le Lien, 20 % des bébés, et majoritairement des garçons, sont affectés. "Nous constatons qu’environ 1 enfant sur 3 souffre d’une déformation positionnelle à divers degrés", résume quant à lui, Vincent Renard, chiropracteur et membre de l'AFC. Une étude canadienne publiée en 2013 a estimé l’incidence des plagiocéphalies à 46% chez les nourrissons de 2 mois, alors qu'une autre, parue dix ans plus tôt, l'a évalué à 22%.
Malgré ces incertitudes sur la prévalence du syndrome, l'origine de ce dernier est bien connue des professionnels. "Malléable, le crâne du nourrisson peut se déformer si ce dernier, allongé sur le dos, repose sa tête toujours du même côté", explique l'AFC. Le torticolis, qu’il soit congénital ou positionnel, conséquence de contraintes in utero ou lié à l’accouchement, est un facteur favorisant la rotation de la tête toujours dans le même sens. Légère, modérée ou sévère, la plagiocéphalie peut donc se développer avant la naissance ou au cours des premiers mois de la vie, le plus souvent entre le 1er et le 3e mois. Si cette déformation n'est pas corrigée, elle peut même persister à l'âge adulte...
"La plagiocéphalie sévère ne laissera pas que des séquelles esthétiques ; de nombreuses études s’interrogent sur l’incidence d’un déséquilibre de la mâchoire avec problème d’occlusion dentaire, d’un trouble visuel, auditif ou encore postural (scoliose)", explique Vincent Renard. Ce dernier conseille donc aux parents d'alterner la position de sommeil de l'enfant, quel que soit le lieu de couchage (tête à gauche, puis à droite, un jour sur deux par exemple), d'alterner bras droit, bras gauche au moment du biberon, ainsi que de varier les positions lors des temps d'éveil et les moyens de portage. Coucher son bébé sur le ventre ? Mauvaise idée. Cette position, déconseillée depuis les années 90, augmente le risque de mort subite du nourrisson. Tout comme l'emmaillotage après trois mois.

Sommeil perturbé des enfants : les tablettes et les smartphones sont en cause

Les enfants âgés de moins de 3 ans qui passent du temps à tapoter sur des tablettes ou des smartphones bénéficient de moins de sommeil, pointe une étude américaine publiée ce vendredi 14 avril.
Sur les 715 enfants suivis, âgés de 6 mois à 3 ans, les trois quarts ont utilisé une tablette tactile ou un téléphone tous les jours. Chez les enfants de 2 et 3 ans, ce pourcentage s'élève à 92 %, selon cette recherche publiée dans la revue américaine Scientific Reports.
En moyenne, les tablettes ou smartphones ont été utilisés 25 minutes par jour.
D'après les résultats, à chaque heure supplémentaire passée à utiliser ces appareils mobiles pendant la journée, les enfants ont dormi presque 16 minutes de moins sur une période de 24 heures.
Ainsi, pour un nourrisson qui dort en moyenne 12 heures par jour, la durée en moins de sommeil est environ de 6 minutes, selon l'étude.
Outre la perte de sommeil, le temps passé à utiliser des écrans a été associé à une période d'endormissement plus longue. La qualité de sommeil, cependant, ne semble pas changer, souligne l'étude.
En 2015, une étude publiée dans la revue américaine Pediatrics révélait que les collégiens qui disposent de tablettes et de smartphones dans leur chambre la nuit dorment en moyenne 21 minutes de moins que leurs camarades qui n'en sont pas dotés.
Sur la question des jeux éducatifs disponibles sur applis, les spécialistes sont partagés quant à leur utilisation chez les tous petits. Les écrans interactifs et particulièrement les tablettes pourraient les aider dans leur développement cognitif et dans le calibrage de leurs sens en jouant avec des formes ou des sons sur l'écran.
L'Académie américaine des pédiatres (AAP) recommande le principe "pas d'écran avant 2 ans".
En France, un rapport de l'Académie des Sciences rendu public en 2013, stipule qu'avant 2 ans, "les tablettes visuelles et tactiles peuvent contribuer à l'éveil cognitif précoce du bébé", précisant que cet usage ludique doit être accompagné par les parents, grands-parents ou enfants plus âgés.

Jouer sur le ventre : une position qui aide à l’éveil de bébé

Faire dormir les bébés sur le dos reste le meilleur moyen de prévenir la mort subite du nourrisson. Mais le reste du temps, quand ils sont éveillés et sous la surveillance d’un adulte, il faut les familiariser avec la position ventrale. Explications.
Les campagnes de prévention contre la mort subite du nourrisson ont porté leurs fruits. En 15 ans, la recommandation de coucher les bébés sur le dos a permis de faire baisser le taux de décès de 75%. Revers de la médaille, elle a entraîné un excès de précautions et poussé beaucoup de parents à laisser en permanence leur enfant sur le dos. Ce n’est pas dangereux à proprement parler. Mais à partir de 4-5 mois, les tout-petits ont beaucoup à gagner à passer chaque jour quelques minutes sur le ventre.
En incitant les bébés à relever leur tête, cette posture contribue en effet à muscler leur cou. Elle ouvre aussi leurs possibilités de découvertes. Plutôt que de simplement fixer et chercher à attraper les figurines accrochées à leur portique d’éveil, les bébés sur le ventre essayent de saisir les jouets à portée de main. C’est une très bonne motivation pour ramper puis marcher à quatre pattes. Enfin, inciter les bébés à jouer sur le ventre est un bon moyen de prévenir l’apparition d’une plagiocéphalie ou, si elle est déjà présente, d’en éviter l’aggravation.
Votre enfant ne semble pas apprécier particulièrement cette position ? Faites-le régulièrement mais jamais plus de quelques instants. Il faut lui laisser le temps de s’y habituer. Profitez du moment du change pour le retourner doucement et lui faire quelques papouilles dans le dos. Nul doute qu’il finira par en redemander. Quand il est sur son tapis d’éveil, allongez-vous à ses côtés, encouragez-le et félicitez-le quand il parvient à rester quelques minutes ainsi et/ou à attraper un jouet.

Phase gros dodo du nourrisson : les explications

Le nourrisson passe la majeure partie de son temps à dormir, notamment au cours de ses premiers mois. Toutefois, le sommeil n’a pas la même fonction suivant son âge. Tantôt, agité, tantôt, calme. C’est d’ailleurs ce qui préoccupe le plus les parents, en particulier les jeunes mamans.
A la naissance du bébé, les nouveaux parents doivent s’apprêter à un nouveau rythme de vie où les douces nuits seront désormais ponctuées de pleurs et de cris du tout petit. Ce dernier ne sait pas encore faire la différence entre le jour et la nuit. De ce fait, il pourrait passer la journée à dormir et rester éveiller le soir. Bien que ce phénomène puisse se différencier d’un enfant à un autre, la période d’éveil est cependant plus longue en fin de journée, principalement entre 17h et 22h.
Les deux phases de sommeil du bébé
Le sommeil du nouveau-né se divise en deux cycles bien distincts, à savoir, la phase agitée et la phase calme. Durant la phase agitée, il s’endort et dort profondément même s’il continue de bouger, au cours duquel il peut avoir des mimiques du visage, cligner des paupières, agiter les mains ou bien sourire. Ce premier cycle lui est primordial pour la mise en place au développement des circuits neuronaux, donc à la maturation du cerveau. En moyenne, cela peut durer de 15 à 25 minutes. Sinon, la phase calme est tout simplement la récupération de la fatigue physique.
L’importance du sommeil chez le nouveau-né
Le tout petit peut dormir jusqu’à 20 heures par jour à 3 mois. Cela lui est tout simplement indispensable pour son développement physique. Un sommeil qui se fractionne en périodes de 2 à 4 heures, soit, 2 heures pour un bébé allaité. Il se réveille uniquement pour satisfaire ses besoins primaires, celui de manger. A ce stade, son horloge biologique n’est pas encore régulée d’où l’instabilité des périodes de son éveil et de son sommeil. A partir de 2 à 3 mois, le sommeil de bébé continue à évoluer, et deviendra systématiquement en sommeil lent léger, puis, en sommeil lent profond. Il faudra juste avoir un peu de patience jusqu’à ce qu’il fasse ses nuits.
Il est important de s’informer sur ce sujet bien avant l’accouchement afin de faire face à la situation, d’autant que la famille va s’agrandir.

Comment détendre bébé ? Les astuces qui marchent

Lorsqu'un bébé vient de naître, sa mère a un geste spontané, immédiat: celui de le serrer dans ses bras, contre sa peau. Elle le caresse bien souvent en lui murmurant des mots doux à l'oreille. Le nourrisson découvre la sensation de cette main dans son dos, de ces doigts qui lui dessinent les contours du visage. Il ne voit encore rien. Le toucher (avec l'ouïe) est le premier sens qu'il découvre. On ne cesse de rappeler l'importance des câlins pour les enfants. Les prendre régulièrement dans nos bras leur permet de grandir en confiance. Masser son bébé s'inscrit dans cette idée. C'est un moment intime, d'intense complicité. Vous allez plonger vos yeux dans ceux de votre enfant et l'aider à appréhender ce corps, si neuf et encore rouillé.
Bébé doit être éveillé mais pas surexcité. La pièce doit être assez chaude pour pouvoir enlever les vêtements du petit sans qu'il ait froid et on doit faire usage d'huile végétale de première pression à froid comme l'huile d'olive ou l'huile de tournesol pour faire glisser nos mains.Autre conseil: on essaie de garder ses mains sur bébé en permanence pour qu'il comprenne où sont les limites de son corps. Pour bien faire et pour plus de facilités, on lui enlève son lange (un essuie sera posé sous son corps pour les petits accidents qui surviendraient en cours de massage).
Les jambes et les bras
On dépose une main sous la fesse du bébé et on attrape la cheville du même côté. On fait remonter la main qui était sous la fesse jusqu'à la cheville et on change de main. Autre geste: on peut employer la jambe de l'enfant comme un poivrier. On prend sa jambe dodue avec nos deux mains et on effectue des mouvements circulaires avec chaque main en sens opposé. Vous pouvez répéter ces mouvements avec ses bras. Pour les bras, comme pour les jambes, on finit avec une caresse, les mains à plat, de la cuisse à la cheville ou de l'épaule au poignet.

Les pieds et les mains
On pose les pouces sur la voûte plantaire de l'enfant et on effectue de petits mouvements circulaires en appuyant légèrement. On peut également étirer la plante du pied dans le sens transversal puis longitudinal. Enfin, prenez chaque orteil entre le pouce et l'index et effectuez une petite pression. Bébé va adorer. Répétez les mêmes gestes avec la paume de ses mains et ses petits doigts que vous pouvez déplier délicatement un à un.

Un bar à poussettes pour les bébés : une première à Nice

« Un jus de pomme s’il te plaît ! » Derrière le comptoir, Violette, 17 mois, apprend à passer sa première commande.
A la carte, pas de shots de vodka. Si l’établissement ne propose que des gâteaux faits maison, un éveil musical et des ateliers conte, c’est que Violette et sa maman Azucena sont dans le premier bar à poussettes de Nice, Maman les p’tits bateaux (21, rue Delille à Nice, ouvert de 8 h à 18 h 30).
« C’est à la fois un café, un espace de restauration rapide et de goûter avec notre spécialité : le coin enfant », détaille la fondatrice Mélanie Servoise.
Circuits de petites voitures, jeux de construction et dînettes, les bébés s’occupent pendant que leurs parents sont attablés. « J’ai une fille de trois ans et c’était difficile de sortir avec elle, se rappelle Mélanie. On a décidé de combiner les attentes des adultes et des enfants. »
Coincée entre les landaus qui bloquent la porte et les jouets disséminés par terre, Azucena sirote son café : « Ici, on ne nous regarde pas de travers parce que nos enfants jouent ou crient », assure la maman de Violette. Mélanie acquiesce en émettant un bémol : « Tout le monde peut entrer. Le bar n’est pas réservé aux seuls parents », sourit-elle.

Eveil de l’enfant : qu’en est-il de la stimulation intellectuelle ?

Le développement intellectuel de l’enfant ne dépend pas des livres éducatifs. Il s’agit plutôt des paroles, des jeux et de la présence des parents. Tout comme le développement cognitif comme l’éveil de l’ouïe, la vision ou le toucher, l’éveil intellectuel se repose avant tout sur l’environnement de bébé et des personnes qui l’entourent. En effet un bébé capte tout car il a encore l’intelligence sensorimotrice c’est-à-dire qu’il découvre le monde avec ses sens.

Pour avoir des repères, voici quelques exercices de stimulation à faire avec bébé :

-De 0 à 6 mois : il n’est jamais trop tôt pour discuter avec bébé. Lorsque bébé pointe le biberon de son doigt, demandez-lui s’il veut du lait. Il lui faut des jouets de consistance et de couleurs et des jeux comme ‘ coucou, me voilà !’

-6 à 15 mois : l’attention de bébé se dissipe car il est dans sa phase de découverte. Il ne cherche pas à comprendre mais à explorer. Laissez-le fouiller tout en le gardant en sécurité. On l’encourage à nommer les objets qu’il affectionne et les émotions qu’il ressent. Il lui faut des jouets qui s’empilent, les faire tomber et lui faire reconstruire. Vous pouvez aussi cacher un objet sous le drap et demander à l’enfant où se trouve l’objet et soulever le drap afin qu’il le découvre.

-15 à 36 mois : C’est la période de l’autonomie. On le laisse apprendre et faire des erreurs. Les apprentissages des gestes au quotidien s’acquièrent petit à petit. On peut dire « viens, on va mettre des chaussures rouges ». La répétition de ce type de phrase lui apprendra les nuances de couleurs. A cet âge, vous pouvez lui demander de reconnaitre les membres de la famille sur une photo par exemple. Il peut également associer les objets semblables par exemple ranger les paires de chaussettes.

Pour les jeux ou autres stimulation
Jouer au ballon avec un enfant de 5 ans par exemple lui permet de développer les habiletés requises pour apprendre à écrire. C’est un bon exercice pour la coordination ½il-main, indispensable pour écrire. L’intellectuel s’inscrit dans l’évolution des 5 sphères à savoir : motrice- cognitive-langagière-sociale et moral du développement de l’enfant. Le mode « jeu et communication » sera privilégié car cela permet de stimuler le développement intellectuel de l’enfant et connaitre s’il a les capacités nécessaires et essentielles pour intégrer l’école. C’est entre 3 et 5 ans que l’enfant apprend le plus dans sa vie. C’est le moment de lui enseigner la notion de temps et d’espace. A cet âge, l’enfant est capable de se raisonner. Les casse-tête et les jeux de sociétés sont une bonne source de stimulation. La télévision reste aussi un bon atout à condition de ne pas en faire trop. N’hésitez pas aussi à poser des questions à l’enfant sur ce qu’il a fait ou sur ce qu’il a découvert. Cela renforcera sa capacité de raisonnement.

Phénomène « bébé nageur » : comment s’y prendre en toute sécurité ?

Partout sur le net, les bébés nageurs sont de véritable phénomène. Mais il n’est pas question de faire de son bébé un futur maitre de la natation, il s’agit plutôt d’une façon de l’amener à bien s’éveiller dans le milieu aquatique avec l’accompagnement des parents et d’un animateur.

Dès l’âge de 4 mois environ c’est-à-dire après la deuxième vaccination, le bébé peut s’initier au bébé nageur avec un certificat médical délivré par le médecin. En effet il y a des contre-indications temporaire comme en cas de fièvre, poussée dentaire, otite….Une mise au point sur l’état de santé du bébé est primordial avant chaque séance.

Les séances de bébé nageur se passent dans une piscine chauffée spécialement conçue pour l’activité avec des matériels spécifiques et des animateurs expérimentés. Pendant la séance, l’animateur est dans l’eau avec les parents et l’enfant (un animateur pour 6 familles) et un autre animateur au bord de la piscine. L’eau de la piscine doit être chauffée à 32°C ou bien à 30°C si la durée de la séance est de plus de 30 mn avec les enfants qui commencent à marcher.

La nage permet au bébé de se familiariser avec un nouveau milieu tout en permettant une mobilité dans les 3 dimensions. Les triangles flottants, les toboggans ou les frites seront un support idéal pour tester la réaction de bébé et lui permettre d’acquérir une certaine autonomie. Entouré des personnes avec qui il se sent déjà en confiance, bébé sera à l’aise pour les déplacements dans l’eau.

Durant une séance pour bébé nageur, il y a 3 phases d’activité selon les tranches d’âge des participants. De 4 mois à la marche, le bébé sera dans les bras de ses parents mais il sera réceptif aux sensations, aux couleurs, aux mouvements. De la marche à la langage ( 3 ans environ), l’enfant s’affirme et confirme ses aptitudes motrices. Il joue avec le toboggan et veut entrer tout seul dans l’eau. De 3 à 6 ans, l’animateur met en place des jeux collectifs qui s’applique sur et sous l’eau. L’enfant se rapproche plus des autres enfants et s’éloigne des parents.

Toutefois il faut savoir que l’aptitude à nager ne s’acquiert pas naturellement. Pour apprendre à coordonner les mouvements et la respiration, l’enfant devra avoir au moins 5 ou 6 ans. Avant tout la piscine, c’est une activité ludique qui apprend à se familiariser avec le milieu aquatique. C’est aussi une occasion de nouer la relation familiale et de passer un bon moment ensemble.

Eveil des enfants : attention à la surstimulation !

Avoir un enfant, c’est beaucoup de responsabilité. Chaque parent veut le meilleur pour l’enfant et surtout il veut que l’enfant soit le meilleur. Entre les différents jouets, les émissions de télé, les livres et autres, certains parents misent sur tous les accessoires et techniques pour atteindre l’excellence et que l’enfant soit prêt pour briguer dans les grandes écoles dès l’âge de 3 ans. Toutefois, il y a des limites, l’excès n’est jamais bon et la surstimulation peut nuire au développement de l’enfant.

De l’assurance avant tout
Plus le temps passe, plus l’enfant prend conscience de tout ce qui l’entoure. Tous ses sens s’améliorent et sans apprentissage particulier, il commence à user de ses mains pour attraper les objets et être intéressé par le son et les couleurs. Ce qui joue un grand rôle dans l’éveil de l’enfant c’est surtout son environnement car il lui faut un environnement dans lequel il se sent en sécurité. Un bébé laissé dans un parc avec pleins de jouets sophistiqués a besoin de se rassurer qu’il n’est pas seul dans la pièce, c’est ce qui compte en premier pour lui.

L’adulte, un exemple
L’enfant prend toujours exemple sur l’adulte. C’est la manière dont on présente les choses à l’environnement de l’enfant qui l’éveille à son entourage physique. Il a besoin d’avoir confiance en l’adulte afin de pouvoir exprimer ses besoins. L’écoute et l’attention sont les facteurs clés d’un bon développement d’un enfant. En effet, rien ne vaut le doigt de la maman pour montrer à son petit où sont les étoiles la nuit ou l’oiseau qui s’envole pour stimuler sa vision. Un papa qui chante pour imiter plusieurs sons en racontant une histoire constitue le meilleur jeu sonore.

Le bon accessoire pour chaque sens
Un enfant a le droit de s’ennuyer. Des tonnes de jouets n’assurent pas un bon éveil, il faut juste le bon outil. Un enfant qui s’ennuie sera plus productif car il va chercher par lui-même les moyens de se distraire. Rien ne doit être imposé, il faut lui laisser le choix. C’est pour cette raison que dans les crèches, il y a plusieurs accessoires mais c’est toujours à l’enfant de chercher celui qu’il affectionne. En lui laissant le choix, l’enfant part dans un sentiment de confiance et chasse les émotions pour des expériences sensorielles uniques.

Comment réaliser un bâton de pluie pour les petits ?

Le bâton de pluie peut s’avérer coûteux pourtant sa réalisation n’est pas sorcier si on le fabrique soi-même avec des objets faciles à trouver au quotidien. Un bâton de pluie améliore le développement de l’audition de bébé car c’est l’accessoire idéal du premier âge pour l’éveil musical. Pour fabriquer votre bâton de pluie, faites comme suit :
-Lavez soigneusement deux bouteilles et laissez sécher à l’air
- Prenez une feuille de papier et formez un entonnoir avec avant de glisser dans le goulot de l’une des bouteilles
-Remplissez la bouteille de petites pâtes (préalablement colorées avec du colorant alimentaire serait l’idéal)
-Collez les bouteilles l’une sur l’autre avec de la colle à prise rapide et renforcez avec du ruban adhésif les goulots pour bien maintenir les bouteilles en place.
-Pour ajouter plus de couleurs, vous pouvez peindre les bouteilles avec de la peinture pour verre. Toutefois, il faut faire attention car les enfants ont tendance à tout porter dans la bouche, peindre l’intérieur de la bouteille serait conseillé plutôt que l’inverse. Pour cela, il suffit de diluer la peinture avec un solvant et de la laisser couler dans la bouteille. Vous pouvez choisir plusieurs nuances pour donner une couleur arc-en-ciel à la bouteille.
Montrez à votre enfant comment retourner le bâton afin qu’il fasse du bruit et n’oubliez pas de vérifier régulièrement le ruban adhésif attachant les bouteilles pour éviter que l’enfant avale les objets qui sont à l’intérieur.

Des bouteilles sensorielles à fabriquer soi-même pour l’éveil des tout-petits

Le recyclage peut très bien aussi servir à l’éveil de bébé, c’est ce que S. Pellegrino, une puéricultrice, a démontré en transformant les bouteilles plastiques en jouets pour enfants. Elle les a coloré, rempli de riz, de pâtes, de gelée, de billes en plastique et d’eau colorée. Les tout-petits les manipulent, s’amusent à les soupeser, à les secouer pour écouter différents bruits et à regarder l’objet ou le liquide à l’intérieur bouger. C’est des objets simples et faciles à réaliser mais qui plaisent tellement aux bébés. Ce qu’il faut retenir toutefois, c’est de toujours mettre sur le contour à l’intérieur du bouchon de la super glue avant de le visser et de laisser reposer quelques heures pour que le plastique se colle bien. Cela permet de bien sécuriser la bouteille.

Quelques idées de bouteilles sensorielles :

-La bouteille « pompons de Noël »
Accessoires : 1 sachet de pompons multi-couleurs de noël, 1 bouteille pas trop grande
Réalisation : mettez les pompons dans la bouteille et versez de l’eau. Ne remplissez pas trop la bouteille et fermez-la bien. Vous pouvez aussi mettre les pompons avec quelques grains de riz.

-La bouteille « ciel étoilé »
Accessoires : un peu de colorant alimentaire de préférence de couleur bleue, de l’huile de canola ou autre huile alimentaire et des paillettes en poudre
Réalisation : Versez en quantité égale de l’huile et de l’eau dans la bouteille. Ensuite, mélangez-y les paillettes en quantité désirée avec quelques gouttes de colorant bleu.

-La bouteille « PlayMais »
Accessoires : une petite boite de PlayMais couleurs au choix, un sachet de grelots
Réalisation : Mettez le tout dans la bouteille, collez et vissez.

-La bouteille « arc-en-ciel »
Accessoires : riz blanc, pâtes crues, colorants alimentaires
Réalisation : Si vous n’avez pas d’accessoires comme des perles, des pompons ou autres, le garde-manger sert également à fabriquer des bouteilles sensorielles. Pour les colorants, il faut les diluer avec de l’eau dans un bol avant d’y ajouter le riz et les pâtes afin qu’ils s’imprègnent de la couleur. Une fois colorés, laissez sécher sur du papier absorbant. Ensuite, versez le tout dans la bouteille avant de bien fermer.

-La bouteille « Méduse »
Accessoires : un sac en plastique très fin, une bouteille d’eau minérale de couleur bleue ( Ex : Perrier), du fil, des ciseaux
Réalisation : découpez en carré le sachet très fin et nouez les extrémités avec le fil et soufflez pour faire un ballon avant de serrer. Laissez l’excès de fil. Mettez dans la bouteille avant de remplir d’eau. Le sachet va flotter à l’intérieur de la bouteille comme une méduse.

Pieds de bébé à la naissance: des malpositions qui se corrigent très bien

Il n’est pas rare de voir des pieds de bébé mal positionnés à la naissance : des pieds enroulés vers l’intérieur, qui forment un angle aigu avec l’axe de la jambe ou qui sont fléchis et tournés vers l’extérieur…Toutefois, ces positions un peu hors-norme ne sont pas permanentes et elles se traitent très bien si elles sont prises en charge de façon précoce.

Le pied talus
C’est quand le pied est ajusté avec l’axe de la jambe pour former un angle aigu. Les parents ont tendance à paniquer en voyant des pieds comme cela mais le phénomène se corrige très bien. Il y a le choix entre le choix de traiter immédiatement ou d’attendre que le pied prenne une position normale avec le temps. Souvent des examens cliniques sont pratiqués à la maternité pour déterminer le meilleur traitement à faire. Si les pieds nécessitent l’intervention d’un kinésithérapeute, des séances de rééducation seront prescrites et si besoin avec le port d’une contention adaptée pour les bébés.

Le pied avec métatarsus varus
C’est l’appellation médicale des pieds qui se tournent vers l’intérieur. Le traitement reste les séances de rééducation chez le kinésithérapeute qui effectue des mouvements inverses à la déformation. Si la déformation est très marquée, le thérapeute conseille le port de petites attelles durant la nuit. Si l’enfant commence à marcher avec les pieds encore déformés, il y a les chaussures spéciales qui aident à bien ajuster les pieds.

Le pied talus valgus
Tournés vers l’extérieur, les pieds sont fléchis sur la jambe. Cette déformation se corrige avec le temps en général. Mais si les pieds ne retrouvent pas leur position normale avant que bébé apprenne à marcher, des séances de rééducation et le port d’attelles peuvent être envisagés.

Jouets pour bébé : les idées cadeaux pour les plus petits

Même les plus petits ont droit à leurs cadeaux pour Noël. A l’approche de cet évènement, il est temps de trouver la meilleure idée cadeau à bébé qui sera à la fois ludique mais participera aussi à son éveil. En effet, comme bébé ne peut pas encore réclamer une chose en particulier, il en va de votre responsabilité de choisir à sa place. Que ce soit pour mâchouiller, à secouer, à tirer, à écouter, à manipuler ou à caresser, un jouet développe les sens du bébé et contribue à son apprentissage. Pour faciliter votre choix, voici quelques idées cadeaux qui conviennent au moins d’un an, de 1 à 3 ans et de 3 ans et plus.

Pour les bébés de 0 à 1 an, les tapis d’éveil restent un bon choix. Incorporés de petits jouets, les tapis d’éveil, permet à bébé d’aiguiser son sens de toucher et sa vision. Les balades en poussette sont très appréciées également alors vous pouvez acheter une poussette sans oublier d’avoir un doudou avec. Pour le choix du doudou, privilégiez les doudous personnalisés pour un cadeau unique. Il y a également les peluches musicales ou les veilleuses pour bercer bébé avec une musique douce.

De 1-3 ans, bébé devient un enfant. C’est la période où il développe son intelligence, où il s’intéresse à tout et commence à imiter. Il apprend à reconnaitre les formes, les sons, les personnes, à associer les images, à connaitre son prénom. Il lui faut des jouets éducatifs avec des couleurs et des formes.

Pour les enfants de plus de 3 ans, vous avez le choix entre les poupées, les petites voitures, les jeux de construction, les puzzles, les jeux de sociétés pour les jouets intérieurs mais il y a également, le vélo, la trottinette, la voiture à pédale, les ballons, les draisiennes, les cordes à sauter et pourquoi pas un petit trampoline.

Eveil des papilles : l’importance du goût chez les enfants

A table, les enfants se montrent souvent capricieux et les parents se sentent perdus face à la situation. Faut-il les forcer à manger ? Qu’est-ce qu’ils aimeraient à la place ? Faut-il leur donner uniquement les aliments qu’ils aiment ? La palette alimentaire des bambins devient un véritable casse-tête pour les parents.

Le répertoire alimentaire de l’enfant s’édifie durant les deux premières années de sa vie. Même dans le ventre de la mère, le f½tus sait déjà reconnaitre les goûts du liquide amniotique. Aussi, la palette alimentaire de l’adulte se base sur cette période. Un enfant qui mange une nourriture très variée petit présentera un régime alimentaire varié aussi une fois adulte. Dans le cas contraire, l’adulte aura une palette alimentaire restreinte.

Souvent, les aliments que les enfants rejettent sont les légumes verts car le goût est assez amer (chou, épinards, endives…). Les aliments qui les attirent sont les aliments rassasiants comme les pâtes ou les laitages car ces aliments aident dans la croissance. A partir de l’âge de 3 ans, l’enfant entre dans la phase ‘néophobie alimentaire’. Ce phénomène s’explique par la peur des aliments inconnus et c’est un phénomène naturel des êtres omnivores. Mais plus l’aliment est consommé, plus il sera positivement accepté.

Il est à noter que le plus important ce n’est pas que l’enfant mange de tout mais qu’il sache distinguer les goûts pour développer une curiosité sensorielle. C’est cela qui va l’amener à prendre du plaisir en mangeant. Il faut garder à l’esprit que forcer l’enfant à manger ce qu’il refuse ne sert à rien, il vaut mieux le lui proposer quelques jours ou même des semaines après. Si avant deux ans, l’enfant a presque goûté à tout, il changera de palette alimentaire après l’âge de 7 ou 8 ans.

Retour sur les causes de la fatigue des enfants

Les vacances d’été sont bien finies mais les parents ont toujours du mal à imposer aux enfants un rythme de sommeil régulier. Pourtant, les petits ont vraiment besoin d’un sommeil réparateur pour mieux grandir et affronter la longue journée d’école qui les attend au lendemain. Quelques conseils pour aider les parents à encourager les enfants à dormir.

L’heure du coucher

L’idéal serait d’encourager les enfants à se réveiller tous seuls. Pour connaitre l’heure du coucher de chaque enfant, il faut noter l’heure de réveil naturel des enfants et calculer l’heure de coucher en sachant qu’un enfant a besoin d’au minimum 8 heures de sommeil. A partir de là, veillez à respecter cette heure du coucher et éviter les grasses matinées qui ne peuvent pas compenser le manque du sommeil. Au mieux, optez pour la sieste qui est nettement plus réparatrice.

La fatigue après la classe

Parce qu’ils passent des journées entières à l’école, les enfants sont fatigués le soir. En outre, les activités, les ruptures et les transitions entre les matières ne font que les épuiser davantage.

Les activités à la maison

Même si les émissions télévisées, les jeux sur Internet et les applications de la tablette participent à l’éveil de bébé, Claire Leconte, professeur émérite de psychologie de l’éducation conseille aux parents de toujours limiter les heures d’exposition et toujours respecter une heure sans écran avant le coucher. Dans une journée, il faut relayer les activités qui nécessitent de la concentration et celles qui impliquent le mouvement du corps. Enfin, la suractivité ne les permet pas d’avoir une occasion pour ne rien faire, un temps précieux qui les incite à faire preuve d’imagination.

Poupée et poupons, jouets d’éveil indémodables

A quelques mois de Noël, les supermarchés commencent à renouveler leurs offres en rayons jouets et les poupées et les poupons figurent toujours dans la catégorie de jeux d’éveil appréciés des enfants. Non seulement ces jouets incontournables amusent mais ils participent largement à l’éveil de bébé.

Apprendre la vie en société

Etudes à l’appui, la poupée tient un rôle essentiel dans l’apprentissage de l’enfant. Avec ce jouet, le bébé apprend l’échange, la vie en société et le besoin de s’occuper de quelqu’un d’autre. Ce sont les bases de la vie sociale.

Susciter la créativité

Dès leurs plus jeunes âges, les enfants font appel à leur sens de créativité pour inventer des histoires avec les poupées. A cela s’ajoutent les différents accessoires et vêtements assortis pour inciter leur imaginaire.

Se confier

Le poupon ou la poupée tient le rôle de premier confident et ami de l’enfant. Après une dure journée d’école ou des séjours récréatifs agréables, l’enfant aura le reflexe de tout raconter à son compagnon. En psychologie, la poupée occupe souvent le rôle d’exutoire et de moyen de communication entre l’enfant et ses parents.

Préparer l’arrivée d’un bébé

Pour les parents qui rêvent d’une famille nombreuse, la poupée permet de préparer l’enfant à l’arrivée d’un nouveau petit frère ou petite s½ur. Dès que le bébé sera là, l’ainé pourra imiter sa mère en s’occupant de son poupon.

S’amuser

Enfin, le plus important est toujours se rappeler que la poupée et le poupon a été et sera toujours le jouet idéal à Noël. Pour les enfants, il s’agit d’une distraction en solitaire ou à partager avec les autres.

Pour l’éveil de votre enfant, pensez à une poupée ou un poupon

A l’approche de Noël, les parents pensent déjà aux jouets qui plairont le plus à leurs enfants. Parmi les habituels, les poupées restent incontournables pour les petites filles. Mais à part l’effet ludique qu’elle procure, les poupées et les poupons participent aussi à l’éveil de l’enfant.

La poupée est plus qu’un jouet car elle participe à l’apprentissage de l’enfant. Comme le jouet joue un rôle social, la poupée apprend à l’enfant la vie avec une autre c’est-à-dire le début d’une vie sociale. Elle participe également au développement de la créativité des plus petits car avec une poupée, la petite fille invente des scénarios et stimule son imagination. Mais avant tout un poupon ou une poupée a le rôle d’un compagnon et c’est toujours le meilleur confident de l’enfant. Il est courant que l’enfant parle et discute avec son jouet une fois seul. Pour lui c’est un ami qui le comprend parfaitement.

Quand le couple envisage d’avoir un second enfant, il est coutume d’habituer l’ainée avec une poupée en lui faisant savoir ses responsabilités. C’est-à-dire que l’enfant peut déjà anticiper l’arrivée du bébé et qu’il apprenne le sens de la responsabilité. Bien sûr, il faut que les parents soient un exemple. Si maman s’occupe de bébé, la petite fille prend aussi la poupée et répète les mêmes gestes que sa mère avec sa poupée. On peut conclure que même petite, une fille a déjà l’instinct maternel et qu’elle le développe avec les années. Enfin, la poupée joue plusieurs rôles mais avant tout elle reste un jouet. Et le rôle principal d’un jouet c’est de distraire l’enfant avant d’être un outil d’apprentissage.

Grossesse : retour sur les conséquences de l’alcoolisme

Parue dans une récente édition du Journal of Epidemiology and Community Health, une recherche britannique confirme que l’alcoolisme durant la grossesse provoque un retard de la croissance f½tale. Réalisée sur 11000 mères de la ville de Bradford entre 2007 et 2011, l’étude s’est intéressée aux habitudes alimentaires des mères et leurs impacts sur la santé de l’enfant.

Le binge drinking

Parmi les participantes, 40% ont avoué qu’elles ont fait du binge drinking à une période de leur grossesse. Cette nouvelle mode qui consiste à boire le maximum d’alcool le plus vite possible avait des impacts sur la croissance du f½tus s’il était pratiqué durant le second trimestre de grossesse. Durant quatre années d’études, les scientifiques ont signalé qu’un enfant sur 10 présentait de plus petits poids de naissance. En tant qu’auteur principal de l’étude, Duncan Cooper confirme que les résultats affirment le lien entre l’alcoolisme et le risque de retard de croissance in utéro. Ce retard de croissance engendre différentes complications néonatales telles les infections respiratoires, les troubles de développement neurologique et d’éveil de bébé ainsi que l’hypothermie. En moyenne, les femmes ont bu quotidiennement cinq unités d’alcool (demi-bouteille de vin ou deux pintes de bière) entre le 3e et le 6e mois de grossesse et cette consommation excessive augmentait à 68% le risque de mettre au monde un petit bébé.

Les Françaises et l’alcoolisme durant la grossesse

Chez nous, les pouvoirs publics tentent de mettre en place une politique « Zéro alcool pendant la grossesse » mais elle semble mal respectée par les femmes enceintes. En effet, une enquête nationale périnatale a rapporté que 23% des Françaises ont confirmé avoir bu de l’alcool en 2010. Enfin, les spécialistes de la santé comme le professeur John Wright, directeur de l’étude Born in Bradford préfèrent conseiller une grossesse sans alcool pour avoir un bébé en bonne santé.

Un panier à trésors pour éveiller bébé

Pour amuser et éveiller bébé, il existe différentes méthodes efficaces qui n’impliquent aucune dépense excessive pour des jouets qui ne retiendront son attention que pendant quelques minutes. Inspiré de la pédagogie Montessori, le panier à trésors vous permettra de répondre aux attentes des bébés adeptes de fouilles et de découverte dès qu’ils sont capables de s’asseoir et prendre des objets dans les mains.

Un technique écolo et sans danger

Tous les parents le savent, les bébés préfèrent les emballages et les ustensiles de cuisine à leurs jouets. Il ne vous reste plus qu’à choisir un panier et de le garnir avec des objets ménagers de couleur vive ou des trésors de la nature. Il faudra juste veiller à ce que ces articles soient de grosse taille pour éviter tout risque d’étouffement, ne comportent aucune arrête vive et ne présentent aucun risque pour sa santé lorsqu’il les touchera ou les goûtera. Il suffira ensuite de varier le contenu du panier au fur et à mesure que bébé grandit.

Cibler les cinq sens du bébé

Pour obtenir l’émerveillement, la surprise et l’attente de bébé, choisissez une vingtaine d’objets aux formes, textures, couleurs, odeurs et poids différents. Pour tester l’intérêt de bébé et éveiller ses sens, il suffit de mettre à sa disposition le panier et observer ses faits et gestes :

Goûter les objets pour savoir s’ils sont bons ou pas.

Regarder les couleurs naturelles, les tons subtils et toutes les formes trouvées dans le panier (un pinceau à pâtisserie par exemple).

Ecouter le bruit des graines fermées dans une boîte hermétique, d’un papier qui craque, ou d’une clochette.

Toucher et différencier les textures d’une pomme de pin, des objets en galets ou en verre.

Sentir les odeurs des sacs d’herbes aromatiques ou des sachets de lavande.

Pleurs de bébé : décryptage

Publiée dans le Spanish Journal of Psychology, une étude espagnole confirme qu’il suffit d’observer les yeux de bébé pour connaitre les causes de ses pleurs.

Pour faire savoir qu’il a faim, soif ou besoin d’une couche propre, un nourrisson s’exprime avec ses pleurs. Pour les jeunes parents, il est souvent difficile d’associer les hurlements du nourrisson à ses besoins spécifiques. Afin d’élucider le mystère, des spécialistes de l’université de Valencia en Espagne ont observé les cas de 20 bébés âgés de 3 à 18 mois et les réactions de leurs parents à chaque pleur. Par exemple, les experts rapportent qu’un bébé qui pleure avec les yeux ouverts essaye de démontrer une peur ou de la colère tandis que les yeux clos traduisent de la douleur.

Les sons des pleurs

En outre, l’intensité des cris du nourrisson varie suivant les situations : le bébé pleure doucement lorsqu’il est en colère alors que la peur ou la souffrance se traduit souvent par des cris insupportables. En tant que directeur de la recherche, le docteur Mariano Choliz atteste que les pleurs traduisent souvent les émotions négatives d’un petit être qui n’a pas encore d’autres manières de communiquer ou de s’exprimer. Même si l’expérience n’est pas arrivée à distinguer les véritables causes des pleurs, les chercheurs sont parvenus à détecter une réaction plus affectée en cas de pleurs de douleurs, et ce, en comparaison aux cris de colère ou de peur. Et le scientifique ajoute que la douleur est certainement l’émotion la plus facile à détecter chez les tout-petits et les parents n’auront pas trop de mal à la reconnaître. Mais pour ceux qui ont vraiment peu d’expérience, il vaut mieux commencer par observer les yeux ouverts en cas de colère ou de peur et les yeux clos en cas de douleur.

Comment gérer les devoirs à la maison ?

Les devoirs font partie des rituels quotidiens dans la vie d’un enfant. Mais le doute persiste chez les parents qui ne savent pas trop quoi faire avec ces fameux devoirs à la maison. Gros plan sur les points forts et les inconvénients de l’accompagnement parental.

Etre ensembles

Avec le travail, les heures passées sur la route et les sorties en week-end, vous n’avez plus beaucoup de temps à consacrer à votre enfant. Profitez de ses heures de devoir pour rétablir la situation.

S’intéresser à ce qu’il fait.

Toujours au courant de son programme scolaire, vous pourrez l’aider à choisir les reportages à la télé et les expositions qui tournent autours des mêmes thèmes.

La compréhension avant tout

En observant votre enfant, vous pourrez facilement délimiter ses atouts et ses faiblesses. Par exemple, le calcul mental peut compenser ses tendances à rêver en classe mentionnées dans le bulletin scolaire.

L’échange

Observer votre enfant en faisant ses devoirs vous rappellera les anciennes méthodologies utilisées pour faciliter l’apprentissage d’une leçon : pense-bêtes, fiches de lectures, etc.

L’accompagner sans l’assister

Par votre présence, vous encouragez votre enfant à devenir responsable et parvenir à trouver les réponses lui-même. Même si les devoirs difficiles ont tendance à s’éterniser, ne tombez pas dans le piège de tout faire à sa place parce qu’il devient impatient. Au contraire, prenez une pause et laissez-le terminer le devoir tout seul après quelques heures de repos.

S’adapter aux habitudes de l’enfant

Chaque enfant est unique et il arrive parfois qu’il impose des rythmes décalés pour faire les devoirs : travailler dans la chambre ou à la cuisine, dans le calme ou avec de la musique, etc. Mais vous êtes libre d’opter pour une nouvelle méthode si celle de votre enfant semble infructueuse.

Le rôle de la télévision dans la vie d’un bébé

La télévision occupe une place importante dans la vie quotidienne familiale. Pour les bébés, l’écran est devenu une source de fascination et il devient difficile de l’en priver. Seulement, les spécialistes semblent plutôt réticents et multiplient les recherches sur le sujet pour déterminer si la télévision ne présente vraiment aucun danger pour les tout-petits.

Sur le long terme, certains experts n’ont pas encore été capables de définir l’impact réel de la télévision sur les bébés et préfèrent assurer que ces derniers s’intéressent surtout aux images et aux sons et aucune réaction négative n’a encore été détectée. D’après les résultats des études, une heure de télévision n’est pas dangereuse pour l’enfant et n’affecte pas son développement global.

Pour d’autres experts, la télévision a une très mauvaise influence sur les jeunes enfants. En effet, le cerveau des enfants en bas âge n’est pas encore capable de gérer les modifications rapides d’images et de situations, ainsi que les différents contrastes d’images et de sons. Selon eux, la télévision provoque des retards de développement, des troubles de la concentration et de l’attention ainsi que des risques d’obésité à cause des nombreuses heures passées en position assise devant l’écran.

Les mesures à prendre

Face à ces avis contradictoires, nous conseillons aux parents de faire preuve de bon sens. Aussi, il vaut mieux éviter de laisser le bébé devant la télévision durant des heures pour l’occuper et avoir un peu de liberté. Le fait de ne jamais éteindre la télévision durant toute la journée créera une dépendance chez les tout-petits car ces derniers ont également besoin de contact humains et d’attentions lors des heures de jeux et de loisirs. Enfin, il est important de limiter les heures de télévision et bien choisir les programmes adaptés à leur âge.

Idées de méthodes d’éveil avant 12 mois

Dès la naissance jusqu’à 12 mois, le bébé utilise différentes manières pour communiquer avec ses parents. Profitez de cette période pour développer son éveil avec des techniques innovantes et performantes.

Le massage

Tout comme pour les adultes, le massage est un atout bien-être pour les bébés. Il profite de tous les mouvements pour se détendre et prendre conscience de son corps. Les gestes du massage installent également un lien de complicité entre les parents et le bébé. Même si les instituts de beautés ont créé des formules de massages pour bébé, vous pouvez toujours rester à l’écoute du tout petit et le masser quelques minutes au départ et allonger les séances au fur et à mesure qu’il grandit.

Communiquer par signes

Encore privé de parole, un enfant de moins d’un an utilise une gestuelle très active impliquant tout son corps (mains, bras, jambes, …). Profitez-en pour vous inscrire à des cours d’apprentissage du langage des signes chez les bébés. Un savoir-faire efficace pour améliorer la communication et réduire la frustration.

Faire du piano

Si l’éveil musical de l’enfant est situé à 3 ans, vous pouvez anticiper avec des cours de piano. Un exercice ludique qui lui rappellera son séjour au ventre de sa mère où son système auditif percevait de la musique dès le 6e mois de grossesse. Par exemple, la méthode Kaddouch (du pianiste Robert Kaddouch) consiste à jouer sans apprendre, jouer à apprendre, apprendre à jouer et apprendre à apprendre dès l’âge de 5 mois.

S’éveiller en nature

Profitez de vos promenades à la campagne, en forêt et à la plage pour sensibiliser bébé aux bruits qui l’entourent (chant des oiseaux, ruisseau, branches d’arbres), aux odeurs (fleurs, écorce, etc.). Vous pouvez également l’aider à partir à la découverte en lui permettant d’observer et toucher tout ce qui l’entoure.

Conseils pour aider son enfant à oublier la tétine

Longtemps après la période de sevrage, nombre d’enfants se servent toujours de la tétine pour trouver le sommeil et d’autres ont en fait un objet fétiche. Pour les parents qui veulent en finir une bonne fois pour toutes, voici quelques astuces infaillibles.

Le choix d’une date butoir

L’anniversaire, le début des vacances scolaires ou les séjours chez les grands-parents sont des dates idéales pour convaincre votre enfant d’oublier la sucette. Une fois marquée sur le calendrier, la date en question vous aidera à proposer des défis progressifs qui prépareront votre petit à limiter les angoisses le jour J : la sucette pour dormir, pour les soirs de semaines et pour le week-end seulement.

Une réduction des champs de possibilités

En faisant comprendre à votre enfant que son âge ne lui permet plus d’utiliser la sucette dans des lieux publics comme les parcs, vous arriverez déjà à limiter son utilisation uniquement à l’intérieur de la maison.

Ne jamais culpabiliser

En humiliant votre enfant avec des phrases types comme « tu vas avoir des dents de lapin », « on dirait un petit bébé », vous risquez de déstabiliser votre enfant qui va se consoler avec sa sucette. Il vaut mieux faire un discours sur les avantages des moments sans sucette : aller au cinéma, parler correctement, mieux communiquer, etc.

Donner la sucette au Père-Noël

Le Père Noël collectionne les tétines des enfants sages et le fait de mettre le sien au pied du sapin lui permettra de bénéficier d’un cadeau supplémentaire.

Enfin, évitez d’arrêter la tétine dans des moments critiques comme la naissance d’un petit frère, le déménagement ou le changement d’école car vous risquez de lui enlever son petit réconfort en période de transition stressante.

Quand les vacances d’hiver riment avec créativité

Pour les enfants de 4 à 12 ans, les vacances d’hiver seront riches en création et en apprentissage. La Cité de l’Océan de Biarritz propose divers ateliers animations le mercredi 13 mars et le vendredi 15 mars de 14 à 15h 30. Le thème pour cette édition sera l’astronomie. L’entrée et la participation à l’atelier seront tarifées à 15 euros par enfant.

Des ateliers sur l’astronomie destinés pour les enfants de 6 – 12 ans.

La Cité de l’Océan de Biarritz accueillera plusieurs ateliers destinés pour les enfants durant le 13 et 15 mars prochain. Une occasion pour les enfants d’’explorer les étoiles et de connaitre quelques secrets de la galaxie. L’atelier sera principalement animé par le Club Astronomie Côte Basque et durera en moyenne 45 minutes.

Les participants auront le privilège d’observer de plus près le nouveau planétarium high-tech des lieux. Ce nouvel appareil sert à observer le ciel à n’importe quel endroit du monde en temps réel. Vous pouvez voyager à travers le monde en suivant le soleil. Par exemple : assister au coucher de soleil à Biarritz et voir grâce à l’appareil ce qui se passe à Brésil, Chine ou Marrakech. L’appareil permet aussi de s’approcher de la surface des planètes et de contempler l’espace depuis un point. L’objectif de l’atelier est de présenter aux enfants le monde de l’astronomie en général. Les divers appareils utilisés et l’univers au-delà du ciel et des étoiles. Le programme sera suivi par l’étude des marées. Les enfants apprendront comment fabriquer un outil de prévision des marées essentiel sur la Côte basque.

Ville des Herbiers du 18 au 26 mars 2013 : Une semaine dédiée à la petite enfance

La ville des Herbiers a dédiée la semaine du 18 au 26 mars à la petite enfance. Cette année, l’événement en est à sa 5ème édition. L’année dernière, il a rassemblé 667 enfants et les organisateurs espèrent plus pour 2013. La semaine de la petite enfance regroupe les professionnels dans le domaine, les parents et les tout-petits. C’est une occasion pour présenter les différentes activités disponibles sur le territoire et de répondre aux questions des parents.

Plusieurs activités sont au programme

Cette année, la semaine de la petite enfance sera centrée sur le thème’ le doudou’. Pour cela, l’Espace Herbauges accueillera une exposition sur le’ doudou’ à travers le temps. L’exposition sera animée par la Maison de la Petite Enfance et les bibliothécaires.
Une semaine pour apprendre, pour voir et pour s’amuser, elle est dédiée pour toute la famille.

Les activités seront variées. Par exemple, il y aura un atelier bricolage et de cuisine pour les enfants, un atelier de massage et de portage bébé pour les parents, un atelier de théâtre pour s’amuser et des expositions sur ‘le doudou’ à travers le temps. Les après-midi seront consacrés aux jeux, aux activités de motricité et à l’éveil musical. La cinquième édition sera marquée aussi par la présentation des bébés-nageurs et la découverte de la natation maternité. Elle s’accompagnera d’un défilé de printemps pour présenter la mode infantile. Toutes les interrogations seront traitées à l’aide des forums, un programme café-parent et de conférence. Il y aura aussi une formation à l’initiation aux premiers secours. L’inscription est obligatoire pour tous les participants.

Quotient Intellectuel, une capacité à exploiter dès le plus jeune âge

Dans son édition de janvier, Perspectives Psychological Science, revue de l’Association for Psychological Science, a publié un article sur les différentes méthodes indispensables pour améliorer le développement de l’intelligence d’un bébé tout en lui donnant un surplus de points de Q.I. Le document rapporte qu’une alimentation enrichie avec de l’huile de poisson, des activités d’apprentissages préscolaires ciblés et une lecture interactive permettent stimuler le développement de l’intelligence chez les tous petits.

Il s’agit d’une méta-analyse effectuée par les professeurs Aronson Josué et Clancy Blair, des spécialistes en intelligence qui travaillent à l’Université de New-York. En collaboration avec une équipe de scientifiques, ils ont mis en relation les résultats de précédentes études sur le développement de l’intelligence d’enfants sans déficience cognitive, ce, de la naissance à la maternelle.

Nourrir « la nature de l’intelligence »

Ce fut le but de cette méta-analyse dédiée à tous les stades de développement qui a réussi à démontrer qu’il existe vraiment des interventions alimentaires et environnementales qui entrent en jeu dans l’amélioration du QI des bébés. Par exemple, la supplémentation en oméga-3 des femmes enceintes et des nourrissons augmentent de 3,5 points le QI des enfants. En effet, les oméga-3 sont des acides gras essentiels qui servent de nutriments de base pour le développement des cellules nerveuses. Vient ensuite l’entrée en programme d’éduction précoce qui hausse de 4 points le QI d’un enfant qui a évolué dans un milieu défavorisé.

D’après les scientifiques, les enfants sont introduits dans des environnements complexes qui stimulent les réactions cognitives. Il y a également le rôle des parents qui s’impliquent dans le développement de leurs enfants : séances de lecture, activités d’éveil, etc. Enfin, l’école maternelle intervient dans le développement de l’intelligence du petit être en lui apprenant les base de l’apprentissage du développent du langage qui augmente de 7 points le Quotient Intellectuel.

Éveil de bébé : les touts petits lisent dans les pensées !

Publiée dans le Huffington Post américain, une recherche d’envergure internationale a prouvé que les bébés sont capables de deviner la pensée des personnes qui les entourent. Réalisée sur des enfants âgés de moins d’un an et demi dans toute la planète (de la Chine aux Fidji), elle révèle que la capacité de lire dans la pensée des gens existe dès le plus jeune âge. A l’origine de l’étude, H. Clark Barrett, anthropologue de l’Université de Californie à Los Angeles confirme que les humains sont « très doués pour déduire l’état d’esprit des autres: leurs émotions, leurs désirs et dans ce cas, leurs connaissances. Donc cela pourrait jouer un rôle important dans la transmission culturelle et l’apprentissage social »

Place à l’anticipation

Durant toute la durée de la recherche, les scientifiques ont observé l’évolution des bébés dans trois communautés de Chine, des Fidji et de l’Equateur. Ils ont passé un « false-belief task », un test initialement conçu pour les enfants âgées de 4 à 7 ans qui se déroule comme suit : l’enfant regarde une scène où une première personne entre et dépose un objet (une paire de ciseaux par exemple). Ce dernier est ensuite pris par une deuxième personne et elle le cache dans une poche. Lorsque la première personne revient pour chercher l’objet en question, elle demande à l’enfant : « où crois-tu que la personne va chercher les ciseaux ? ». Comme il s’agit encore de nourrissons, les spécialistes ont adapté le test en remplaçant les questions par une observation des regards. D’une manière systématique, les bébés regardent d’abord la boîte où l’objet a été déposé. En conclusion, le chercheur confirme que les enfants sont aptes à deviner très tôt les pensées des autres. Il s’agit d’une capacité constante et universelle qui concerne toutes les cultures et qui devrait aider les parents à mieux communiquer avec leurs enfants.

Éducation : les bébés Français seraient des bébés modèles !

L’apprentissage des enfants est un concept difficile qui dépasse de nombreux parents. Dans son ouvrage à succès intitulé « Un bébé made in France », Pamela Druckerman affirme que les enfants français sont nettement bien élevés que les Américains. Voici un aperçu des traits de l’éducation française mise en valeur par l’auteur.

Plus de patience

Puisque les parents Français sont patients, ils sont capables de supporter les pleurs des bébés qui finissent par s’endormir sans aucune intervention. Cette méthode permet aux enfants d’apprendre à dormir seuls et à faire les nuits très tôt.

Savoir faire attendre

Aux Etats-Unis, les enfants sont capricieux et ne supportent pas le mot « attends » et les parents sont habitués à se plier à leurs volontés. Ce qui n’est pas le cas en France puisque les parents savent imposer leurs limites.

Un « cadre français » à la fois souple et strict pour le sommeil, le repas ou la télévision.
Une politesse de base comme la salutation qui est inculquée dès le plus jeune âge.
Une place à l’éveil des enfants qui sont libres de s’occuper tous seuls et découvrir par eux-mêmes leurs entourages. En Amérique, les enfants sont toujours stimulés et effectuent le maximum d’activité.
Place au dialogue : grâce à la psychanalyste Françoise Dolto, les Français ont compris que les enfants, même s’ils sont encore petits, sont capables de tout comprendre. Ce qui encourage beaucoup les conversations parents-enfants.
Un repas varié : en France, les enfants apprennent à valoriser les légumes alors que les petits Américains trouvent leurs portions dissimulées dans des boulettes de viandes et des plats de pâtes.

Pour finir, les mères françaises sont nettement plus sereines en faisant tout pour retrouver leur vie quotidienne habituelle après la maternité : coquetterie, loisirs et travail. Ce qui ne semble pas être le cas des Américaines.

Eveil de bébé : des ateliers innovants

Pour cette nouvelle année, les spécialistes de la petite enfance proposent des programmes innovants dédiés au bien-être et au développement psychomoteur des touts petits. Parmi les plus intéressants figurent une séance de gymnastique pour bébé et un atelier pour apprendre le langage des signes aux enfants.

Une Baby Gym

Dédiée aux enfants de plus de 10 mois, la Baby Gym est un atelier d’éveil qui mise sur le développement de la motricité des petits jusqu’à la période d’initiation sportive. Les séances se déroulent toujours dans une salle de motricité des écoles maternelles pour que les enfants se retrouvent dans un univers coloré et rassurant. Dirigée par des professionnels qualifiés, la séance s’organise autours de matériels pédagogiques spéciaux adaptés à l’éveil corporel et aux attentes d’un enfant en bas âge. Qu’ils soient seuls ou accompagnés des parents, les enfants vont à la découverte d’émotions fortes comme les rires et les imitations à travers des parcours ludiques parsemés de tunnels, de pavés, d’obstacles ou de cerceaux.

« Je fais mes premiers signes »

A Messac, des ateliers d’apprentissage de la langue des signes seront mis à disposition des bébés à compter du lundi 7 janvier 2013. Il s’agit d’une initiative de l’espace-jeux Ludi’Bulles et du café-parents de Messac-Guipry qui compte donner aux enfants « préverbaux » un nouveau moyen de communication très facile puisque le geste est inné chez les enfants. Dirigées par Marion Jost, médiatrice culturelle, les séances sont proposées enfants de 0 à 3 ans accompagnés de leurs assistantes maternelles ou de leurs parents qui pourront apprendre des signes liés à l’alimentation, au jeu, à la toilette et à la famille.

Noël : gros plan sur les jouets 2012

Cette année, les fabricants de jouets ont renversé les tendances en proposant des poupées pour les garçons et des voitures pour les fillettes. Il s’agit d’une sorte de révolution sexuelle qui a débuté en Suède, le pays précurseur de l’égalité hommes-femmes, mais qui commence à devenir célèbre dans d’autres pays.

En France, le phénomène est déjà visible dans la grande distribution. Pour Thierry Desouches, responsable des relations extérieures du groupe Super U, la polémique sur le sujet est un peu déplacée car le fait de voir des garçons pouponner ou de réaliser que les filles sont de plus en plus attirées par les camions est une preuve du revirement de la situation et du changement des rôles des parents dans une famille.

Des jouets mixtes

Avec sa marque Tim et Lou, La Grande Récré propose depuis quelques années des jouets et des jeux d’imitation mixtes. Vendus dans des boites aux couleurs neutres (blanc ou violet), les kits de bricolage, de dînette ou de cuisine conviennent parfaitement aux filles et aux garçons de 3 à 6 ans.

Des mouvements issus des consommateurs

A cause des répercussions d’une campagne intitulée « Pink stinks » (le rose pue) qui s’oppose au cliché du rose pour les filles, Early Learning Centre, un grand distributeur de jouets britannique propose désormais des fillettes en costumes de pompier et des garçons qui jouent à la poupée.

Des produits qui suivent les tendances

Pour Franck Mathais, directeur des Ventes de La Grande Récré, cette révolution coïncide « à l’air du temps » puisque les enfants sont influencés par les activités domestiques comme les tâches ménagères dont 85% sont réalisées par les femmes. Mais les habitudes tendent à se renverser avec les pères qui cuisinent ou qui s’occupent des enfants. De son côté, Haude Constantin-Bienaimé, Directrice de la crèche Bourdarias à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) mise sur cette nouvelle démarche des spécialistes du jouet pour lutter contre les stéréotypes sexistes et permettre aux enfants d’avoir un maximum de champ pour différencier la vie des garçons à celle des filles.

Festivités de Noël : comment choisir le jouet parfait pour son enfant ?

Noël approche et il est temps pour les parents de réfléchir sur le jouet qui convient le mieux à leur bébé. Loin d’être une partie de plaisir, le choix du jouet doit prendre en compte l’âge de l’enfant, les côtés sécuritaires, l’importance de la stimulation de l’éveil, l’entrée en jeu de l’imagination et les côtés essentiels pour la motricité.

Un vaste choix

Que ce soit pour les garçons ou les filles, il existe tellement de jouets appropriés comme les poupées ou les cuisines miniatures, les petites voitures et les jeux vidéo, les jeux de société et les jeux d’éveil. Même si nous avons toujours tendance à nous mettre à la place de notre bébé pour le choix de son jouet, il est essentiel de miser sur l’aspect attrayant et amusant. Viennent ensuite les questions importantes de l’éducation des touts petits qui misent sur l’imagination, l’éveil et le développement de la motricité. Ainsi, les jouets occupent une place importante dans l’évolution de l’enfant dès sa naissance jusqu’à l’adolescence.

La sécurité avant tout

A part l’indication de l’âge approprié, il faut aussi vérifier l’existence de substances nocives comme les phtalates ou le bisphénol A. Dans les cas où il s’agit d’un jouet choisi par l’enfant lui-même, il vaut mieux prendre des précautions et vérifier l’existence de petites pièces qui provoqueront un risque d’étouffement et d’ingestion. Pour les jouets musicaux, il vaut mieux se limiter à 80-90dB pour éviter tout risque de nuisance auditive.

La qualité est essentielle

Même s’il est souvent difficile de ne pas céder aux caprices de votre enfant lors des passages dans les rayons des jouets, il faut savoir se montrer raisonnable en choisissant un jouet de bonne qualité au lieu d’acheter une multitude de jouets qui ne feront que disperser son esprit.

Eveil de bébé : l’initiation à la lecture

Depuis quelques temps, la lecture est devenue l’une des activités d’éveil les plus appréciées par les parents. A la médiathèque d’Anglure, les bébés de 0 à 3 ans lisent en compagnie de papa et maman ou des assistantes maternelles.

En tant que directrice de la médiathèque, Sandrine Protat mise sur la passion que les plus jeunes éprouvent envers les livres. Certes, ils ne savent pas encore lire mais un seul livre suffit pour capter toute leur attention. Ainsi, installés sur le tapis, les tous petits ont libre accès aux bouquins enfantins qui se démarquent par la qualité des images et des reliures revisitées pour apporter plus de sensation aux enfants. En ce qui concerne la lecture, Sandrine Protat fait en sorte de capter l’attention de son auditoire en mimant les gestes et les bruits décrits dans les livres.

La présence des accompagnateurs

Même si les parents commencent à accompagner leurs enfants à ces séances de lecture, les assistantes maternelles sont encore les plus nombreuses à profiter de ce moment de partage et d’éveil à la lecture qui aide dans le développent de l’imaginaire, l’enrichissement et la structuration du langage.

La place des mots et des images

Pour Isabelle Larzillière, la directrice de la halte-garderie de Romilly qui assiste à la séance tous les mardis, les mots et les images guident les rêves et les imaginations des enfants. Leurs joies et leurs peines sont décrites dans les livres et ils prennent la place du méchant ou du gentil suivant le cours de l’histoire. Enfin, la notion de temps utilisée dans la narration aide aussi l’enfant à libérer ses angoisses en faisant des projections dans le futur ou des retours dans le passé.

Scolarisation précoce : des écoliers de 2 ans ?

Actuellement, le gouvernement travaille sur un projet de loi dédié aux rythmes scolaires et un récent rapport préconise le retour de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans. Le point sur cette mesure qui crée des tensions auprès des parents et du corps enseignant.

Des normes françaises

Dans son « Guide pratique des parents, Mon enfant à la maternelle », le Ministère de l'éducation nationale précise que l’Ecole maternelle est un passage non obligatoire mais strictement recommandé dans la vie d’un enfant. Il s’agit du cycle d’éveil et d’apprentissage qui aide les enfants de 3 ans à mieux affronter l’école primaire. Selon le document, ce programme essentiellement basé sur le jeu et les activités d’éveil permet « d'aider chaque enfant à devenir autonome et à s'approprier les connaissances et compétences afin de réussir au cours préparatoire les apprentissages fondamentaux ».

Des conditions indispensables

La propreté figure parmi les diverses conditions de la scolarisation des enfants âgés de moins de 2 ans. Il s’agit d’une étape psychologique et physique redoutée par les parents. Pour les enseignants, la scolarisation précoce peut déclencher des troubles psychologiques chez les tout petits qui n’en sont qu’à la phase d’apprentissage du langage.

Une mesure avantageuse

Si auparavant, la scolarisation à 2 ans servait de base pour le primaire, elle est devenue une option intéressante pour les parents qui rencontrent des problèmes de garde d’enfant. Mais avant de se lancer dans cette optique, il serait intéressant de peser le pour et le contre : l’enfant pourra-t-il supporter la cadence imposée ? Saura-t-il s’adapter à la présence des enfants plus âgés ? Fera-t-il preuve de patience durant les temps d’attente entre les activités ?

Univers de l'enfant : quatorze spectacles en vue à Sedan

Pour sa neuvième année consécutive, la saison culturelle de la communauté des communes du Pays sedanais propose un programme riche en spectacles vivants destinés aux enfants à partir de 3 ans.

Intitulée « Entre Petits et Grands », cette programmation d’éveil artistique consiste en treize spectacles éclectiques de théâtre, des marionnettes, des chansons, des musiques et des manipulations d’objets. Les organisateurs prévoient quarante représentations à travers Pouru-Saint-Remy et Vrigne-aux-Bois (Floing, Sedan, Francheval ou Givonne).

Pour le public de 3 à 12 ans, il s’agit de spectacles scolaires ou familiaux qui a vu la participation de 3 800 spectateurs (104 classes) pour la saison 2011-2012.

Pour Fédora Theys, vice-présidente en charge de la jeunesse à la com'com, « Les familles reviennent d'une année sur l'autre, nous avons un gros noyau de fidèles qui s'élargit d'année en année ». Puisque « presque rien n'était proposé aux écoles hormis les tournées du réseau Côté Cour », cette programmation jeune public est la bienvenue pour les petites communes qui ne disposent pas de budget pour la culture. De son côté, Maryan Honet, chargé de mission à l'action culturelle confirme : « On s'est dit qu'il était important d'habituer les enfants très jeunes. Voir un spectacle apporte une ouverture d'esprit, une réflexion, un moment de bonheur et de partage avec les autres. Autre chose que la rue, l'école et les consoles de jeux. Cela leur met un pied dans la culture. Et cela les forme en tant que spectateurs ».

Enfin, Francis Charles, responsable culturel à Vrigne a concocté un quatorzième spectacle destiné aux crèches pour tout-petits de Vrigne-aux-Bois.

Centres de Protection Maternelle et Infantile : des massages gratuits pour éveiller bébé

Dès sa naissance, le toucher est important pour communiquer avec le nourrisson. Pour établir une relation privilégiée entre les parents et leur bébé, les professionnels de la santé dans les centres de Protection Maternelle et Infantile ou PMI proposent des conseils gratuits aux parents qui veulent essayer cette activité douce et stimulante.

Même s’il est encore tout petit, le bébé apprécie beaucoup les contacts, les caresses et les bercements. Pour Evelyne Gorce, puéricultrice en PMI, « L’éveil par le toucher de 2 à 9 mois (jusqu’aux premiers déplacements de l’enfant à peu près) est vraiment important et le massage est un moyen de stimuler les fonctions corporelles du bébé ». Pour plus de partage d’expérience, les formations s’effectuent en groupe pour faire des massages collectifs avec des consignes spéciaux pour bien manipuler bébé. Pour adoucir le toucher, il est conseillé aux mamans d’utiliser des huiles de massage au calendula ou au karité.

Sous l’½il attentif des professionnels, le massage complet débute sur le bas du corps puis sur le haut de façon soutenue, pour finir sur le visage où le toucher est beaucoup plus léger. Pour plus d’efficacité, les séances de massage doivent être perçues comme des nécessités, non des obligations pour les parents et l’enfant. Riche de 10 années d’expérience, Evelyne Gorce affirme : « Si le bébé dort quand la maman arrive à l’heure de la séance, on le laisse dormir. S’il a faim en cours d’atelier, la maman arrête le massage pour lui donner à manger : c’est très important de respecter les rythmes du bébé ». De leur côté, les parents sont bien préparés : « On leur explique également qu’ils doivent être bien installés, que leur position ne doit pas les gêner pour procéder au massage ».

Éveil de bébé : l’entrée en jeu des technologies de pointe

Tous les nouveaux nés du troisième millénaire évoluent dans un univers technologique très avancé. Au Japon, les mamans disposent de toute une panoplie d’applications pour téléphone portable et divers gadgets électroniques conçus pour leur faciliter la tache.

Selon les méthodes prénatales japonaises, il faut surveiller au millimètre près la santé et la croissance du f½tus et du nourrisson jusqu’à ses 6 mois.

Pour aider les mères à réussir leurs calculs et bien noter l’évolution de son enfant, divers applications pour iPhone existent sur le marché japonais dont « ikuji note » ou notes d’éducation qui permet de remplir un journal très explicite sur les minutes d’allaitement au sein, sur le dosage des biberons complémentaires, le temps entre les changements des couches et la durée du sommeil du petit-être.

Pour les jeunes parents qui ont du mal à faire dormir le bébé, il existe des applications spéciales créées pour calmer les crises de pleurs. Parmi ces dernières, « Nakiyami oto » ou « sons pour stopper les pleurs » est un mini-programme qui diffuse des sons aux effets calmants pour les nourrissons : bruits d’aspirateur, sèche-cheveux, eau qui coule, froissement d’un sac en plastiques… Des bruits blancs qui peuvent rappeler les sons que le nourrisson a entendus durant les 9 mois qu’il a passé dans le ventre de sa mère.

Du côté des gadgets électroniques, les mamans disposent actuellement de thermomètres de dernier cri qui permettent de relever la température du bébé fiévreux en déposant l’appareil sur le front de l’enfant durant juste 1 seconde. La mesure à infrarouge est accompagnée d’un petit programme à algorithme de correction afin d’obtenir des données exactes.

Ronflement des enfants : un problème de comportement

Une bonne nuit de sommeil dépend essentiellement de l’environnement et du calme qui règne dans la chambre à coucher. Parmi les éléments perturbateurs du sommeil, le ronflement figure en haut de l’échelle. Caractéristique des adultes stressés et des personnes souffrant d’obésité, le ronflement peut également exister chez les enfants en bas âge.

Selon une récente recherche, les enfants qui souffrent de ronflements bruyants et continuels sont sujets aux comportements problématiques tels l’hyperactivité, la dépression et l’inattention. En étudiant les cas de 249 enfants, les spécialistes de l'hôpital pour enfants de Cincinnati ont demandé aux mères l’aspect du sommeil et les comportements de leurs bouts de choux dans la vie de tous les jours.

A l’issue de l’expérience, il a été prouvé que les enfants de deux et trois ans qui ronflent beaucoup ont des problèmes de comportement alors que c’est le cas contraire au niveau des enfants du même âge qui dorment tranquillement. Parmi les autres facteurs déclencheurs du ronflement continuel figurent une mauvaise condition socio-économique, une absence d’allaitement et une période d’allaitement écourtée.

Parmi les auteurs de la recherche, Dean Beede confirme : « Plusieurs enfants ronflent de temps en temps, et les dessins animés rendent le ronflement amusant. Toutefois, un ronflement bruyant qui dure des mois est anormal. Tout ce qui accroît les risques de troubles de comportement chez les jeunes enfants n'est pas amusant » et il « suggère aux parents de parler au médecin de leur enfant concernant les problèmes de ronflement, en particulier si cela se produit souvent et que le problème persiste ».

Caractère des enfants : l’influence de la présence paternelle

La présence du père aux tous premiers instants de la vie d’un bébé influence beaucoup son caractère. C’est ce qu’ont démontré les résultats d’une étude britannique sur la relation entre le papa et l’enfant et l’impact de cette dernière sur les comportements de l’enfant.

Publiée dans la revue « Journal of Child Psychology and Pshychiatry », cette recherche effectuée sur 192 familles britanniques a permis de démontrer que la présence effective du père lors des premiers mois de la vie de l’enfant a un impact positif sur le comportement de ce dernier. En tant qu’initiateur de l’étude, le docteur Paul Ramchandani de l’université d’Oxford confirme : « Nous avons découvert que les enfants dont les pères avaient davantage de contacts avaient de meilleurs résultats. (…) A l'inverse, les troubles du comportement étaient plus nombreux lorsque les pères étaient plus distants, perdus dans leurs pensées ou avaient moins de contacts [avec leur enfant] ».

Les garçons sont plus influencés
Cette étude a également permis de constater que cet impact est plus présent chez les garçons. Le médecin ajoute par là : « ce qui pourrait laisser entendre que les garçons sont plus susceptibles d'être influencés par leur père dès leur plus jeune âge ». En se référant aux autres études bornées sur le rôle des mères, les spécialistes évoquent : « nos recherches apportent une nouvelle pierre à un faisceau grandissant de preuves suggérant qu'une intervention précoce des parents peut avoir un impact positif sur le développement de l'enfant ».

En guise de conclusion, les auteurs de la recherche évoquent l’importance de la présence des deux parents sur l’avenir de l’enfant.

Bibliothèque municipale du Barcarès : contes pour bébés

La bibliothèque municipale du Bacarès s’intéresse aux « bébés lecteurs ». Elle vient donc d’aménager un espace très coloré et agréable destiné à la lecture pour nos petits anges. Ainsi les parents et les enfants sont les bienvenus durant les sessions de contes. Même le mobilier a été choisi pour répondre aux attentes de cette nouvelle cible : les coussins, les fauteuils et autres tapis sont là pour permettre aux enfants (et aux adultes) des se prélasser lors de ces moments d’évasion.

Cette nouvelle initiative entre dans le cadre du programme d’animations de la municipalité qui vise à instaurer un premier contact entre la narration et le monde infantile. Pour vous donner un aperçu du déroulement de ces séances de lectures très particulières, la séance animée par Wilfried Delahaie a été un véritable succès : avec les jeux de doigts, les comptines et les marionnettes, le nouveau public est subjugué et en profite pour faire de nouvelles découvertes émotionnelles et sensorielles. Parce que l’auditoire est en phase d’éveil, le spectacle « Les petits pouces » a été façonné afin de retenir l’attention des bébés durant quarante minutes.

Et le conteur de préciser : « Je puise dans le répertoire des contes traditionnels que j'adapte aux tout-petits. Je privilégie des histoires courtes, je joue avec ma voix pour susciter les émotions sans que l'enfant se sente en danger. C'est une expérience qui doit créer du sens pour l'enfant et l'aider à se structurer ». A la surprise des parents et des enfants, le conteur a démontré tout son savoir-faire en termes de création, d’interactions, de rebondissements et d’improvisations.

Les bébés lotus : une pratique à la mode

Un bébé lotus est un nouveau né à qui on a décidé de ne pas couper le cordon ombilical. En effet, ce dernier sèche et fini par tomber naturellement. Gros plan sur cette pratique de plus en plu pratiquée au troisième millénaire.

Praticable uniquement pour les accouchements à domicile, la technique du bébé lotus consiste à ne pas séparer le nouveau né à son placenta jusqu’au moment où ce dernier fini par s’assécher et tomber de lui-même. Pour diminuer les mauvaises odeurs et accélérer le processus de séchage, les mères utilisent les huiles essentielles et manipulent le placenta. A noter que cette pratique est présente chez quelques tribus aborigènes et asiatiques et quelques espèces de singes.

Pour ce qui est des intérêts d’une telle pratique, les adeptes entendent faciliter la transition entre la vie dans l’utérus et la brusque arrivée dans le monde extérieur. D’autres estiment que le fait de récupérer le sang du placenta permet à bébé d’en bénéficier toutes les vertus. Par ailleurs, cette pratique diminue les risques d’infections que le bébé risque d’attraper lors de la coupe du cordon et le processus de cicatrisation du nombril s’en trouve accéléré.

Parce que les explications peuvent à la fois être émotives, spirituelles et culturelles, certains adeptes de cette pratique affirment même que le placenta rempli le rôle d’ange gardien du bébé.

Pour finir, le nom de « bébé lotus » vient de la mythologie hindoue qui considère que « c'est du lotus éclos du nombril de Vishnou que va sortir notre monde ».

Éveil de bébé : les bienfaits de la musique

Depuis toujours, la musique a joué un rôle important dans notre vie quotidienne. S’il a été prouvé qu’elle a une certaine influence sur notre humeur, qu’en est-il dans l’univers des bébés et des enfants ?

Dès les premières semaines de la grossesse, le f½tus est déjà doté de sens et son entourage l’aide à les développer au mieux. En effet, l’ouïe du bébé est déjà présente des les 24ème et 26ème semaines de grossesse et il entend dors et déjà des sons. Cela commence par les bruits du corps de sa mère, les battements du c½ur, les bruits du ventre et la voix de cette dernière. A partir du septième mois de grossesse, il entend les sons extérieurs et peut même réagir à la voix de son papa et aux bruits forts supérieurs à 110 décibels. Il est donc prouvé que vous pouvez parfaitement lui faire écouter de la musique pour mieux stimuler ses sens et instaurer dors et déjà un lien de communication à travers même de votre utérus.

Éveiller bébé dès sa naissance
L’exercice de stimulation de l’ouïe et de la mémoire auditive de bébé continue dès sa naissance. En effet, il peut reconnaitre une musique qu’il a écouté in-utéro une fois sorti. Dans cette même optique, les spécialistes de la puériculture ont mis au point d’innombrables jouets d’éveil à base de tonalités différentes. Il ne vous reste plus qu’à choisir des tonalités douces et agréables et en modérer le volume pour ne pas agresser les oreilles sensibles du nouveau né.

Les mères dépressives auraient tendance à réveiller leur bébé en pleine nuit !

Une découverte surprenante : les mères dépressives auraient tendance à réveiller inutilement leur bébé au milieu de la nuit pour se rassurer ! C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude menée par des chercheurs américains spécialisés en pédiatrie et psychologie. Une étude publiée le 17 avril 2012 dans la revue scientifique Child Development.

En effet, selon les auteurs de la recherche, Douglas Teti et Brian Cosby, les mamans qui réveillent leur bébé en pleine nuit ont un besoin d’être rassurées pour compenser leur sentiment d’impuissance et leurs inquiétudes sur la santé de leur enfant. Un comportement qui peut, sur le long terme, nuire à la relation parent-enfant, toujours selon les chercheurs.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié le cas de 45 bébés âgés de 1 à 24 mois et leurs parents sur une période de 7 jours. Des caméras ont été installées dans la chambre du bébé et dans la pièce où les parents s’occupent habituellement de leur bébé. Des images ont été enregistrées entre 10 et 12 heures après le coucher de l’enfant.

Le constat est le suivant : Douglas Teti, directeur adjoint du Social Science Research Institute de l’Université de Pennsylvanie (Etats-Unis), précise que : « nous avons constaté que les mères à symptômes dépressifs élevés se font trop de souci sur la santé de leurs enfants pendant la nuit. (…) Ces mères sont alors plus susceptibles d’aller prendre leur bébé en pleine nuit et passer un peu de temps avec leur enfant »

Autre résultat de l’étude : les chercheurs ont constaté que les réveils fréquents des bébés en pleine nuit peuvent provoquer la dépression chez les mamans... ce qui entraîne, en clair, un cercle vicieux angoissant pour les parents.

Plusieurs solutions sont préconisées pour sortir de ce schéma de réveil de l’enfant : il faut l’aider à faire ses nuits. Du côté de la mère, il faut inciter le conjoint à soutenir sa compagne et à la rassurer, c’est en tout cas ce que conseille le site Santelog.com.